Print Friendly, PDF & Email

Le projet Sebou 1963-1968 avait identifié, au niveau de la plaine du Gharb, un potentiel de 250.000 ha de terres aménageables en grande hydraulique. La superficie équipée actuellement est d’environ 114.000 ha répartie comme suit : le gravitaire (94.000 ha), l’aspersion (20.000 ha), la submersion (12.000 ha) et la basse pression avec irrigation gravitaire à la parcelle (3.000 ha). Le périmètre du Gharb est aménagé en secteurs collectifs hydrauliquement indépendants dont la taille a été optimisée lors de l’opération de l’aménagement à environ 3.000 ha pour des considérations de consommations d’énergie électrique.

Les principaux objectifs recherchés à travers l’aménagement sont :

  • L’exploitation des ressources en eau mobilisées par les barrages à l’amont de la plaine ;
  • la valorisation de ces ressources en eau par une mise en valeur appropriée et spécifique;
  • le drainage (souterrain et superficiel) des terres agricoles qui améliore les conditions de mise en valeur. En année pluvieuse, il joue un rôle important dans l’évacuation des eaux excédentaires.

Par ailleurs et dans le cadre des actions transverses du Plan Maroc Vert, le PAR prévoit l’extension de l’irrigation d’une part et l’économie de l’eau en irrigation d’autre part.

Programme d’extension de l’irrigation (PEI) :

La mise en place du barrage El Wahda, mis en service  en 1997, projetait d’irriguer 110.000 ha de la Troisième Tranche d’Aménagement du Gharb (TTI). Ainsi, et pour résorber ce décalage, le Plan Maroc Vert a prévu de réaliser dans le cadre de ses actions transverses l’extension des périmètres aménagés sur environ 89.000 ha.

C’est dans ce cadre que l’ORMVAG a lancé depuis 2009 des études de faisabilité de l’extension des superficies à irriguer sur trois zones (cf. carte ci-dessus) :

  • Est 3, Est 5 et Z6                 : 28.641 Ha;
  • Zone côtière                     : 33.378 Ha;
  • Zone centrale                   : 27.100 Ha.